Il a bien neigé hier soir et ce matin les routes sont glissantes. Aujourd'hui est le pire jour de la semaine pour moi car je sais à l'avance qu'il me faudra prendre sur moi pour ne pas partir en voyant le désastre!

Je sonne car pas question pour ces clients de me donner la clé de leur maison, c'est à moi à arriver avant qu'ils ne partent au boulot sinon et bien je reste dehors et je perds mes heures.

Donc, je sonne: Bonjour! Parfois j'obtiens une réponse et parfois non.. le gamin me regarde comme si il me voyait pour la première fois alors que cela fait 2 ans qu'il m'ouvre cette porte.

J'enlève mes chaussures pour mettre mes claquettes, pose ma veste et mes clés et je vais à l'étage pour effectuer le repassage... Le repassage parlons-en:

Imaginez-vous un panier à linge standard posé par terre, jusque là rien d'anormal sauf que la quantité de linge est hallucinante  chaque semaine: La pile de linge, froissée au possible grimpe jusqu'au niveau des interrupteurs!!! 1,20 m de linge!! Froissé, en boule et bien écrasé... Voilà ce qui m'attend chaque semaine, parfois bien plus d'ailleurs. 

Mais comment un couple avec un enfant peut-il avoir une telle quantité de lessive???? 

Je pense qu'ils portent une fois un vêtement et ensuite il prend la direction du panier de linge sâle, une fois une veste, hop au sâle, une fois un pull, hop le sâle... Pareil pour les vestes, ils doivent en changer tous les jours également, c'est dingue!

Je commence par le haut de la pile, les vêtements sont tellement froissés qu'ils sont carrément "emboîtés" les uns dans les autres, il faudrait presque tout réhumidifier... 

Les chemises du mari ne sont que des boules, les manches ne font même pas 2 cm de large tellement elles sont froissées, la cata! Au fur et à mesure je tombe sur des blouses en crêpe, en synthétique, tissus que l'on ne peut évidement pas chauffer trop fort voire pas du tout et donc je suis obligée de placer un torchon entre le fer et le vêtement ce qui rend l'opération plus difficile encore... 

Je commence à en avoir marre, je vois le temps qui passe et je ne suis même pas à un quart de cette foutue pile. Je n'ai que 3 heures et si j'ai le temps m'a t-on dit, je dois aussi passer l'aspirateur. Je n'avance pas tout est trop froissé c'est une vraie catastrophe...comme chaque semaine, je prends sur moi pour tenir et ne pas partir de cet endroit maudit. 

Au bout de 3h je termine mais ce n'est pas impeccable c'est impossible, j'en suis malade!

Pas le temps de passer l'aspirateur. Je suis assez maniaque et je ne supporte pas quand je n'ai pas le temps de faire ce qui m'a été demandé, et les clients l'ont bien capté car ils me demandent toujours plus encore et encore avec la même durée. 

Voilà ce qu'il arrive quand on est toujours à fond et que l'on veut rester honnête et faire tout le plus vite et le mieux possible, les gens en profitent un max.

Je descends et m'aperçois que mon chèque du mois de décembre n'est pas là, ils ont "oubliés"... Encore! Non mais moi est-ce que j'ai déjà oublié de nettoyer quelque chose? NON JAMAIS!!!! Et toutes les fois où ils "oublient" de me délarer au CESU, je voudrais bien voir si moi j'oubliais de faire quelque chose j'aurais une remarque sans attendre...

Les gens pensent que je fais du ménage pour me passer le temps? Que je n'ai pas besoin de cet argent? Ils me paient quand bon leurs semble... GRRRR

Je pars de cette baraque en claquant la porte, après avoir vérifié 2 fois que je n'y ai rien oublié, car vu que je n'ai pas la clé ça serait un problème.

Je râle, je peste contre moi même d'avoir accepter de travailler chez eux, de toujours fermer ma bouche... Je me dis que je vais arrêter d'y aller que cette fois c'est trop je ne peux plus. Mais j'ai besoin de ces heures là, je ne peux pas me permettre de m'en passer.

Ma rage qu'on me prenne tout le temps pour la boniche (ce que je suis en fait ok mais bon...) me fait encore réaliser que je dois trouver un autre travail, reprendre mes projets artstiques et les mener à bien.

Oui je le sais, je le sens je dois le faire...